LA TUILE

 

J'ai posé une tuile

Sur le toit de ma vie

Quelque chose de futile

Pour couvrir mes ennuis.

 

Une tuile cuite au four

Au soleil de Provence

Une protection pour l'amour

Pour chasser les offenses.

 

Elle rougit comme de l'ocre

Solide comme le chêne

Un Colorado qui croque

Aux allures de bohème.

 

Moulée dans les ancrages

Extraite de la grotte

Elle suffit au coffrage

Que les hommes grignotent.

 

Cette tuile que je pose

Sur mon existence

Qui renvoie, je suppose

Les peurs de mon enfance.

 

Elle dérive d'une logique

À la surface d'un gâteau

Ou encore plus tragique

Quand la chance fait défaut.

 

Demain, elle sera encore

À l'heure du couchant

Les lueurs de l'aurore

D'un soir asséchant.

 

La Provence est une région

Qui dévoile tous ses éclats

Malgré tous les melons

Des quartiers de Carpentras.

 

Copyright ©tous droits réservés.

18.08.2015

SEDITIO AMOR

La tuile

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. MURIEL samedi 12 septembre 2015

Moi je préfère les melons de Cavaillon.

2. JAMES samedi 12 septembre 2015

Pas de bol, quel malheur.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×