LA PÉNITENCE.

La justice m'enferme

Pour le crime que j'ai commis.

La porte se referme

Sur le meurtrier que je suis.

 

Cloîtré dans ce mitard

Mon existence est sur pause.

Prendrais-je du retard?

Sur ma vie, qui se repose.

 

Un repos, certes, forcé.

Qui m'oblige à découvrir

Les relents des prisonniers

Et les envies de m'en sortir.

 

La souffrance des barreaux

Est d'encaisser la solitude

Les règles de ce caveau

Les contraintes des servitudes.

 

J'ai perdu ma famille.

Parents et enfants me regrettent.

Je deviens le pupille

De ce monde qui me rejette.

  

Ma conscience est fâchée

Du système qui me condamne.

Faut-il me réfugier ?

Et enfiler une soutane.

 

Le grand jury m'a jugé

Pour me faire repentir.

Il doit me libérer.

Bonne tenue et bien conduire.

 

Le jour me fait mal.

On n’a rien fait pour m'intégrer.

Mon chemin est bancal.

Je ne peux pourtant pas replonger.

 

Parmi mes mille questions

Je suis toujours dans le doute.

Personne ne me répond.

Pour bien choisir ma route. 

 

 

Copyright ©Tous droits réservés.

11.08.2013

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : lundi 14 octobre 2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site