UN BAUME DE CANARD.

(Le dialogue avec l’animal et bien plus réconfortant que la confession chez le psychiatre.Il faut juste les comprendre et prendre exemple sur leur mode de vie et accepter leur sociologie.)

 

Tellement déboussolé

Je me retrouve à errer

Comme le font ses oiseaux

Nageant au bord de l’eau.

 

Fatiguer de marcher

Je m’assis aux remparts

Et j’observe à nager

Les moineaux dans la marre.

 

Non loin de mon regard

Un tout petit canard

Isoler de sa portée

Comme étant écarté

 

Au plus grand des hasards

Un bec pour me dire

Toi aussi t’en as marre

Et tu viens réfléchir ?

 

Je lui réponds étonner

À ce petit pied palmé

Que je vis une histoire

Qui me donne le cafard

 

Je pense à mes enfants

Ils sont là, ils grandissent

J’ai peur comme un parent

Ca m’angoisse qu’ils s’enfuissent.

 

Toi tu peux comprendre

Ton petit a éclos

Tu es là à attendre

Qu’il grandisse bien au chaud !

 

Mais une fois élevé

Tu le vois partir

Comme il sait voler

Tu ne peux le retenir.

 

On les voit s’échapper

C’est leurs libertés

Avec grand regret

On les laisse s’envoler.

 

J’ai peur que leurs vies

Croisent celle de celui

Qui penche la balance

Sans laisser une chance.

 

Pour toi le cauchemar

C’est ton petit caneton

Qui croise les renards

Et finira en gueuleton.

 

Rire de cette histoire

Il y a tant de déboire

Parler avec un canard

Peut paraître rasoir.

 

Mais se confier à quelqu’un

Qui vous prend sous son aile

Vous rappel en un coin

Que la vie est comme tel.

 

SEDITIO AMOR

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (3)

1. ROSIE dimanche 19 juillet 2015

Quel bonheur, c'est émouvant.

2. JHONNY mercredi 30 avril 2014

Que c'est beau, très beau coup de crayon.

3. MICHEL lundi 28 avril 2014

C'EST DE LA POMMADE CE TEXTE?????

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : mercredi 30 avril 2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site